ID_ARTICLE=292 ID_RUBRIQUE= ID_SECTEUR= LANG=fr LOGO_RUBRIQUE= LOGO_ARTICLE=arton292.jpg DATE=2008-02-16 00:41:52, DATE_REDAC=2008-02-16 00:41:52, DATE_MODIF=languecourante=[]

Action / Missions en cours / Sri Lanka

Les interventions du Comité d’Aide Médicale au Sri Lanka
Aujourd’hui, les activités du CAM concernent surtout le conflit qui perdure au Sri Lanka ainsi que les répercutions à  long terme du tsunami.

Le Comité d’Aide Médicale (CAM) est intervenu au Sri Lanka en décembre 2004, peu de temps après la dévastation de la région par le tsunami. Les premières interventions ont consisté à  répondre aux besoins urgents : accès aux soins de santé primaire et programme d’eau et assainissement dans le district d’Ampara, dans l’est du pays, o๠les principales interventions se concentraient surtout dans la division de Thirukkovil.

Aujourd’hui, les activités du CAM concernent surtout le conflit qui perdure au Sri Lanka ainsi que les effets à  long terme du tsunami. Les programmes du CAM s’inscrivent progressivement dans une démarche de développement durable en impliquant les bénéficiaires. Cette approche correspond à  l’expérience et à  l’expertise acquise par le CAM sur d’autres théà¢tres d’intervention. Les activités du CAM menées depuis ces trois dernières années au Sri Lanka comprennent des programmes d’accès aux soins de santé primaire, de santé environnementale (eau et assainissement) et de soutien psychosocial.

L’objectif du CAM est de se focaliser sur le long terme en réalisant des projets dans des contextes de post-urgence dans un but de durabilité, de renforcement des capacités locales et de transfert de compétences.

Tout en implémentant ses activités à  Ampara et à  Batticaloa, le CAM continuera à  évaluer les besoins dans les autres districts. Si, en collaboration avec les autorités sri lankaises appropriées, des besoins sont identifiés comme compatible avec le mandat du CAM, nous solliciterons les financements nécessaires auprès de nos bailleurs afin de pouvoir y répondre.


SOINS DE SANTà‰ PRIMAIRE

Initialement le projet de soin de santé primaire était financé par la Fondation de France, organisme chargé de la gestion des fonds collectés par les médias franà§ais pour venir en aide aux victimes du tsunami. Après onze mois d’exécution, le Bureau Humanitaire de la Commission Européenne (ECHO) a financé un nouveau programme ciblant les populations affectées par le tsunami mais également par le conflit interne.

(JPG)

Le programme avait pour objectif de fournir aux déplacés internes (IDPs) des services de soins de santé primaire en coordination avec le MOH (Medical Officers for Health). Ce programme incluait la mise en place ou la réhabilitation de cliniques mobiles et fixes dans le district d’Ampara, la construction d’incinérateurs pour le traitement des déchets médicaux et un soutien des campagnes de vaccination.

Chaque clinique mobile recevait en consultation entre 50 et 70 personnes par jour.

Le programme de santé incluait également des activités psychosociales en coordination avec l’Unicef. L’objectif du CAM était d’adresser les traumatismes psychosociaux en établissant un système de référencement pour les cas identifiés. Le CAM s’est assuré que tous ces programmes complétaient ceux offerts par le gouvernement et les autres organisations afin d’éviter toute concurrence.

(JPG)

Après la phase d’urgence, le CAM s’est orienté vers des activités durables en améliorant la capacité du MOH à  fournir des équipements et des formations. Un autre exemple du travail du CAM dans le renforcement des capacités locales a été la formation des sages-femmes et des agents de santé ainsi que la réhabilitation des centres d’accueil des mères et des enfants afin de promouvoir la santé materno-infantile.



Grà¢ce au soutien du gouvernement franà§ais, Délégation à  l’Action Humanitaire, le CAM amorcera sous peu un nouveau projet dans le district de Batticaloa.

Les principaux objectifs de ce projet de santé sont de :

  • D’accompagner le retour des déplacés internes en fournissant des cliniques mobiles.

  • Assister le MOH à  reconstruction les services et les infrastructures sanitaires dans les régions affectées par le conflit interne.

Les activités médicales du CAM se dérouleront dans les zones de réinstallation au sud-ouest du district de Batticaloa. Il est estimé à  environ 45 000 le nombre de personnes récemment revenues dans la région, et dont le futur est incertain. Elles consisteront à  mettre en place des cliniques mobiles dans cette région tout en fournissant un soutien au MOH de Manmunai Ouest, Manmunai Sud Est et de Porattivu Pattu. Ce projet a reà§u un financement pour 9 mois et nous recherchons de nouveaux partenaires financiers pour en assurer la continuité et atteindre les objectifs à  long terme. Les procédures d’ouverture et de recrutement de nouvelles équipes sont en cours et les activités débuteront bientà´t.


PSYCHOSOCIAL

Ayant une forte présence sur le terrain depuis janvier 2005, le CAM s’est crée réseau important dans les diverses communautés et dans le système de santé gouvernemental. Une équipe de 15 agents psychosociaux travaille tous les jours avec les bénéficiaires et des activités de soutien psychosocial ont lieu dans quatre camps ou zones de réinstallation (Thampattai, Kalmunai, Kudinelathidal, Vinayagapuram), touchant ainsi une population d’environ 820 familles. En plus des consultations psychosociales, le CAM soutient les professionnels psychosociaux de la région en formant le personnel médical ainsi que des membres des communautés dans les camps de déplacés. Dans le but de promouvoir le bien-être et les liens sociaux, les associations scolaires organisent des activités de loisir et des jeux pour les enfants. à€ la suite du tsunami, le CAM a également mis en oeuvre des projets pour répondre aux difficultés financières des populations affectées. Ainsi des « activités génératrices de revenus » tels que la couture et la cuisine, ont été conduites afin de relancer l’économie.

(JPG)

Un nouveau projet psychosocial est actuellement implanté dans le village de Vinayagapuram (District de Thirukkovil). Le CAM a été financé sur une durée de 3 ans par le Conseil Général de la Seine Maritime, pour créer un centre communautaire pour le soutien psychosocial des populations affectées par le tsunami et le conflit interne. L’objectif principal de ce centre est d’améliorer la qualité de vie et le bien-être de ces populations. Plusieurs activités sont actuellement mises en place. Le soutien et le suivi psychosocial sont assurés par des agents spécialement formés et supervisés. L’objectif est de reconstruire une dynamique sociale afin que les populations affectées retrouvent une place au sein de la communauté. Des formations professionnelles seront mises en place suivant l’évaluation des besoins et des compétences existantes. Nous référencerons à  d’autres ONGIs (Organisation Non Gouvernementale Internationale) proposant des micros crédits pour encourager le lancement de petites entreprises.


SANTà‰ ENVIRONNEMENTALE

Les activités d’eau et assainissement du CAM ont été initialement financées par l’Agence de l’Eau Picardie Artois, (organisme en charge de l’approvisionnement en eau potable dans la région de Picardie Artois en France), et par ECHO.

Pendant la phase initiale de réponse d’urgence, le CAM a alimenté en eau potable les écoles qui ont servi de refuge immédiatement après la catastrophe. Dans les régions de Thirukkovil et Maha Oya, le CAM a acheminé des water trucking dans les camps de déplacés et dans plusieurs villages afin d’augmenter les quantités d’eau potable disponibles par personne au dessus des standards d’urgence.

Parallèlement à  sa contribution pour la fourniture en eau dans cette zone, le CAM a construit et réparé des toilettes permanents pour les personnes qui revenaient dans leurs habitations endommagées ou qui devaient loger dans des habitats semi permanents sur des terrains privés. Le CAM a travaillé pour ce projet en collaboration avec le MOH/DS à  Thirukkovil, ainsi qu’avec les agences construisant les abris (IOM, ZOA, etc.). Ce travail a été réalisé dans les divisions de Thirukkovil et Kalmunai.

De plus, le CAM a entrepris la construction de douches et d’équipements sanitaire ainsi qu’un travail de drainage et de réhabilitation des puis là  o๠c’était nécessaire.

(JPG)


Réalisations en santé environnementale :

  • Construction d’environ 200 toilettes privées permanentes dans les régions de Thirukkovil et Maha Oya.

  • Nettoyage d’environ 1000 puits et contrà´le de plus de 500 puits dans la région de Thirukkovil.

  • Réhabilitation des équipements sanitaires et des réseaux d’eau potable dans trois centres de santé.

  • Réhabilitation des puits (couverture et système de poulie)

  • Alimentation en eau potable par des camions citernes (water trucking) dans les régions de Thirukkovil (25 000 litres/jour) et de Maha Oya (40 000 litres/jour).

  • Installation de réservoirs d’eau potable dans les régions de Thirukkovil et Maha Oya.

  • Construction de 69 puits individuels et communs dans les régions de Thirukkovil et Maha Oya.

  • Construction de 3 puits de récupération d’eau de pluie pour le bureau du MOH à  Thirukkovil, l’école et la clinique mobile de Thandyiadi.

  • Distribution de 2 700 filtres à  eau pour autant de familles.

  • Promotion à  l’hygiène, réalisée par les équipes locales, sur l’utilisation des toilettes, la protection de la nourriture, l’utilisation de l’eau et la gestion des déchets.

  • Distribution de kits d’hygiène aux bénéficiaires.

Traduit par Mireille Chartrand

Français English